UA-63562856-1 UA-63562856-1

  • les trésors de la foi - 31 décembre 2011

    le sophar 4.png

    Les Trésors de la Foi

    Ou      Promesses Quotidiennes

     

                                                C.-H. Spurgeon

     

    Samedi 31 décembre 2011

     

    Tu me conduiras par ton conseil, Puis tu me recevras dans la gloire.

      Psaumes 73 : 24

     

    De jour en jour et d'année en année, ma foi se repose avec une confiance plus entière, sur la sagesse et l'amour de mon Dieu, et je sais que je n'aurai pas cru en vain.

    Aucune de ses bonnes paroles ne m’a jamais trompé, et je sais qu’aucune d'elle ne tombera jamais à terre.

    Je mets ma main dans celle de mon Sauveur pour qu'il me conduise.

    Je ne sais pas quel chemin choisir, mais le Seigneur me choisira mon héritage. J’ai besoin de conseil et de direction, car mes devoirs sont difficiles et mon avenir en dépend.

    Pour cela je regarde au Seigneur, de même que le sacrificateur consultait Urim et Thummim*1, car je préfère le conseil du Dieu infaillible à celui de mon propre jugement ou à l’avis de mes amis.

    Éternel ! Tu seras toujours mon aide.

    Bientôt, la fin viendra : encore quelques années, et je quitterai ce monde pour aller à mon Père.

    Le Seigneur sera alors à mon chevet : il me recevra à la porte des cieux, et me donnera la bienvenue dans le séjour de la gloire.

    Je ne serai point un étranger dans son ciel, mais mon Père et mon Dieu y sera mon éternelle félicité.

     

    Béni soit L’Éternel, le Dieu d’Israël

    D’éternité en éternité !

     

    Amen !

    Louez l’Éternel !

     

    *1 -  Ces mots mystérieux désignent un ou plusieurs objets, de nature inconnue, inclus dans l'éphod du souverain sacrificateur et placés dans le pectoral, pièce d'étoffe double, formant un carré d'env. 24 cm. qui se portait sur la poitrine.

      

  • les trésors de la foi - 30 décembre 2011

    le sophar 4.png

    Les Trésors de la Foi

    Ou      Promesses Quotidiennes

     

                                                C.-H. Spurgeon

     

    Vendredi 30 décembre 2011

     

    Jésus, sachant que son heure était venue de passer de ce monde au Père, et ayant aimé les siens qui étaient dans le monde,

    Mit le comble à son amour pour eux.

    Jean 13 : 1-17

     

    Il y a ici un fait qui devient pour nous une promesse ; ce que notre Sauveur était, il l'est encore ; ce qu'il a fait pour les bienaimés avec qui il vivait sur cette terre, il le fera encore, tant que le monde durera.

    « Comme il avait aimé les siens » n'est-ce pas merveilleux ?

    Qu'il puisse avoir aimé les hommes tels qu'ils sont, c'est un miracle !

    Qu'y avait-il dans ses pauvres disciples pour qu'il les aimât !

    Et qu'y a-t-il en moi !

    Mais quand Jésus a commencé d'aimer, il est dans sa nature de continuer à aimer.

    Cet amour fait des saints « les siens : » titre béni !

    Il les a acquis par son sang, et ils sont son trésor.

    Comme ils sont les siens, il ne les perdra pas.

    Ils sont ses bienaimés, il ne cessera pas de les aimer.

    Mon Âme, dis-toi qu'il ne cessera jamais de t'aimer !

    Il les aima jusqu'à la fin :

    La passion dominante qui, jusqu'à sa mort, remplit le cœur du Sauveur fut l'amour des siens.

    Il les aima autant qu'il est possible d'aimer, jusqu'à se donner et mourir pour eux : il ne pouvait faire davantage.

    C'est l'amour parfait, dans lequel il n'y a ni exaltation, ni retour, ni infidélité, ni réserve, et qu'il a prodigué à tous les siens avec abondance.

    C'est là l'amour de Jésus pour tous ceux qui font partie de son peuple. Chantons en retour un cantique, à notre Bienaimé, Jésus-Christ le Seigneur !

     

  • les trésors de la foi - 29 décembre 2011

    le sophar 4.png

    Les Trésors de la Foi

    Ou      Promesses Quotidiennes

     

                                                C.-H. Spurgeon

     

    Jeudi 29 décembre 2011

     

    Jusqu'à votre vieillesse je serai le même,

    Jusqu'à votre vieillesse je vous soutiendrai ;

    Je l'ai fait, et je veux encore vous porter,

    Vous soutenir et vous sauver.

    Esaïe 46 : 4

     

    Cette année est déjà bien vieille, et cette promesse s'adresse à nos amis âgés, et à nous tous qui avançons dans la vie.

    Si Dieu prolonge nos ans, nous porterons des cheveux blancs :

    Ainsi, par la foi, nous pouvons déjà nous appliquer par avance cette parole.

    Nous vieillissons : mais le Dieu, dont le nom est JÉSUS, demeure toujours le même.

    Les cheveux blancs indiquent que nous déclinons ; mais lui, il ne décline pas. Quand nous ne pouvons plus soulever aucun fardeau, et avons peine à nous porter nous-mêmes, l'Éternel nous porte.

    Dans nos jeunes années, il nous portait comme ses agneaux dans ses bras ; il agira de même, quand surviendront pour nous les infirmités.

    Il nous a fait, et il se chargera de nous.

    Quand nous deviendrons un fardeau pour nos amis, et un fardeau pour nous-mêmes, le Seigneur ne se détournera point, mais prendra soin, de nous, et nous fera voir sa délivrance.

    Souvent il donne à ses serviteurs une longue et paisible soirée.

    Ils ont travaillé et se sont fatigués tout le jour au service de leur Maitre, et il leur dit :

    Repose-toi en attendant le sabbat éternel que j'ai préparé pour toi.

    Ne craignons pas un âge avancé, mais réjouissons-nous de vieillir, puisque le Seigneur lui-même nous accorde jusqu’à la fin la plénitude de sa grâce.