UA-63562856-1 UA-63562856-1

  • les trésors de la foi - 30 janvier 2012

    le sophar 4.png

    Les Trésors de la Foi

    Lundi 30 janvier 2012

     

    Voici, je suis avec toi, je te garderai partout où tu iras,

    Et je te ramènerai dans ce pays ; car je ne t’abandonnerai point,

    Que je n’aie exécuté ce que je te dis.

    Genèse 28 : 15

     

    Avons-nous à nous mettre en route, et avons-nous besoin pour cela d'une grâce spéciale ?

    En voici un bien précieux : la présence et la garde de Dieu.

     

    En tout lieu il nous faut l’une et l'autre, et nous les aurons, si nous sommes conduits par le devoir, et non par une simple fantaisie.

     

    Pourquoi regarder notre départ pour une autre contrée comme une triste obligation, quand c'est la volonté de Dieu qui nous y appelle ?

     

    Dans tous les pays, le croyant est étranger et voyageur, et en toute contrée le Seigneur sera son asile.

    Il l'a été pour les saints de tous les âges.

     

    Nous pouvons perdre l'appui de notre gouvernement terrestre, mais lorsque Dieu dit : « Je te garderai » nous n'avons aucun danger à craindre. C'est le meilleur passeport pour un voyageur, l'escorte la plus sure pour un émigrant.

    Jusque-là, Jacob n'allait jamais quitter la maison paternelle.

    N’ayant pas l'esprit aventureux de son frère, il était resté l'enfant de sa mère.

    Quand il dut partir pour l'étranger, Dieu l'accompagna.

    Il avait peu de bagage et pas de suite.

    Mais jamais prince n’eut plus noble garde du corps.

    Les anges veillaient sur lui pendant son sommeil et l'Éternel Dieu lui parlait.

     

    Et nous, si le Seigneur nous dit de partir aussi, disons avec Jésus :

     

    « Levons-nous, partons d'ici. »

  • le téléphone du ciel

    image3159-1.JPG

     

     
    http://www.youtube.com/watch?v=2ku_qiOpm9s&feature=related

     

     

     

     

     

    La prière :

     

     le téléphone du ciel

     

     

     

     

     

     

     

     

    Envoyez-nous vos sujets de prières !  

    (Par le biais de la rubrique commentaire)

     

    Nous les présenterons au Trône de la Grâce, par le Beau et Précieux Nom de Jésus-Christ,  sur base de cette Parole de Simon Pierre

    Seigneur, à qui irions-nous? Tu as les paroles de la vie éternelle.  Jean 6:68

     

    Brigitte et moi prions chaque jour pour différents sujets, en obéissance à  la Bible 

    J'exhorte donc, avant toutes choses, à faire des prières, des supplications, des requêtes, des actions de grâces, pour tous les hommes,  1 Timothée 2:1

    Croyant que la prière a une grande efficacité, que Jésus est toujours le même, qu’Il fait aujourd’hui par Son Esprit en nous chrétiens, les mêmes miracles qu’il y a 2.000 ans !

     Quelqu'un parmi vous est-il dans la souffrance? Qu'il prie. Quelqu'un est-il dans la joie? Qu'il chante des cantiques. Quelqu'un parmi vous est-il malade? Qu'il appelle les anciens de l'Eglise, et que les anciens prient pour lui, en l'oignant d'huile au nom du Seigneur; la prière de la foi sauvera le malade, et le Seigneur le relèvera; et s'il a commis des péchés, il lui sera pardonné. Confessez donc vos péchés les uns aux autres, et priez les uns pour les autres, afin que vous soyez guéris. La prière fervente du juste a une grande efficacité. Elie était un homme de la même nature que nous: il pria avec insistance pour qu'il ne plût point, et il ne tomba point de pluie sur la terre pendant trois ans et six mois. Puis il pria pour la pluie, et le ciel donna de la pluie, et la terre produisit son fruit.                 Jacques 5 : 13-18

    Que, persévérer dans la prière fait partie de l’exercice de la foi et de la piété,

     Faites en tout temps par l'Esprit toutes sortes de prières et de supplications.

    Veillez à cela avec une entière persévérance, et priez pour tous les saints.  Ephésiens 5 : 18

     

     La prière est une arme redoutable contre la souffrance, une source intarissable de grâces pour les besoins de notre humanité et de nos semblables !

     

     

     

     

    La prière au Nom de Jésus a un pouvoir infini ;

    Par elle tout peut-être transformé. R. Barrois

     

     Nous ne prions pas en vain, Dieu est attentif aux prières de l’Eglise et du chrétien en particulier

     L'Eternel exauce mes supplications, L'Eternel accueille ma prière. Psaumes 6:9

    Je vous dis encore que, si deux d'entre vous s'accordent sur la terre pour demander une chose quelconque, elle leur sera accordée par mon Père qui est dans les cieux. Matthieu 18:19

      L'Eternel est miséricordieux et compatissant, lent à la colère et riche en bonté; Psaumes 103:8

     

    Dieu est Fidèle ! Bon ! Miséricordieux ! Compatissant ! Amour !

     

    Confiant dans la Grâce qui est en Jésus !

    Brigitte & Alain POPPE

  • Le Sophar - 2 Corinthiens 4 :18

     

    Parce que nous regardons, non point aux choses visibles

    Mais à celles qui sont invisibles                     2 Corinthiens 4 :18

     

    Dans notre pèlerinage chrétien, il est bon, pour la plupart d’entre nous, de regarder devant.

    C’est dans l’avenir que réside la Couronne, et en avant tel est le but.

    Le futur doit, après tout, être le grand objet de l’attention de l’œil de la foi.

    En regardant dans le futur nous voyons le péché ôté, le corps du péché et la mort sont détruits, l’âme devenue parfaite et propre à être partenaire de l’héritage des saints dans la lumière.

    Regardant encore plus loin, l’œil illuminé du croyant peut voir la rivière de la mort passée, le fleuve des ténèbres franchi, et les collines de la lumière atteintes sur lesquelles se trouve la cité céleste.

    Il se voit lui-même entrer à l’intérieur des portes de perles, acclamé comme étant plus que vainqueur, couronné par les mains de Christ, et étreint par les bras de Jésus; glorifié avec lui, et destiné à s’assoir ensemble avec lui sur son trône, de même qu’il a vaincu et qu’il s’est assis avec le Père sur son trône.

    La pensée de ce futur doit bien soulager les ténèbres du passé et l’obscurité du présent.

    Les joies du Ciel compenseront surement les peines, les chagrins de la terre. Silence, silence mes doutes !

    La mort n’est qu’un ruisseau étroit, et tu l’auras bientôt franchi.

    Le temps combien court, l’éternité combien longue !

    La mort combien brève, l’immortalité combien interminable !

    Je mange dès maintenant des grappes d’Eschol, et bois par petites gorgées du puits qui est à l’intérieur de la porte.

    La route est si courte !

    Je serai bientôt là.

    Quand le monde déchire mon cœur avec ses orages les plus lourds de soucis, mes pensées joyeuses me transportent vers le Ciel, je trouve un refuge hors du désespoir.

    La vision de l’éclat de la foi me soutiendra jusqu’à ce que le pèlerinage de la vie soit passé; les craintes peuvent me tenailler et les afflictions me faire souffrir, J’atteindrai ma maison à la fin.