UA-63562856-1 UA-63562856-1

  • Le Sophar - Confiez-vous dans le Seigneur à perpétuité, Car dans le Seigneur se trouve la force éternelle.

    Confiez-vous dans le Seigneur à perpétuité,

    Car dans le Seigneur se trouve la force éternelle.

    Esaïe 26 :4

     

    Le Grand Dieu que nous avons, nous donne de nous confier en Lui, de nous reposer sur Lui, de tout déposer au Trône de la grâce, en vertu de quoi : chassons résolument toute incrédulité et efforçons-nous de nous débarrasser des doutes et craintes qui ruinent notre sérénité.

    Aucune raison ou excuse d’avoir de la crainte, là où Dieu est le fondement de notre confiance.

    Un parent aimant serait très chagriné si son enfant ne se confiait pas en lui.

    Pauvre et désagréable est notre attitude quand nous mettons si peu de confiance dans notre Père Céleste, qui ne nous a jamais fait défaut et qui ne le fera jamais.

     

    Quel bonheur, lorsque le doute se dissipe, est banni de la famille de Dieu, qui est l’Eglise !

     

    Mais l’incrédulité, racine de tous les maux, est encore prompte aujourd’hui, comme aux jours du psalmiste, lorsqu’il demanda :

     

    Sa miséricorde serait-elle à jamais éloignée ? Ne sera-t-il plus favorable 

     

    David n’avait pas éprouvé longtemps la puissante épée du géant Goliath et pourtant il dit,

    "Il n’y en a aucune comme celle-là."

    Il l’a essayée tout de suite dans l’heure même de la victoire de sa jeunesse et l’avait trouvée être du bon métal.

    C’est pourquoi il s’en souvint toujours ensuite.

    De même, puissions-nous parler en bien de notre Dieu.

    Soyons prompts, à nous souvenir des innombrables interventions de Dieu dans notre vie !

    Il n’y en a pas comme Lui ni dans le Ciel, ni sur la terre.

     

    A qui me comparez-vous, ou qui ferez-vous mon égal ? dit le Saint !

     

    Il n’y a pas de rocher comme le rocher de Jacob.

    Nos ennemis eux-mêmes le reconnaissent, en sont juges.

     

    Aussi longtemps que nous permettons aux doutes de demeurer dans nos cœurs, nous perdrons victoire sur victoire, laissant à ainsi, à l’ennemi de nos âmes, de nous ridiculiser, de nous narguer, de nous pousser dans nos retranchements, nous forçant à utiliser des armes, autres que celles que Dieu nous a données en Jésus-Christ !

     

    Plus de doutes, plus de craintes, plus de déceptions chroniques, mais une foi convaincante, qui déplace des montagnes, qui croit que Dieu est capable de ressusciter les morts ! Alléluia !

    Élevons l’étendard de la croix, proclamons le tout accompli de Jésus.

     

    Dieu est Dieu, Il attend de nous un cœur bien disposé, car nous portons ses trésors dans des vases de terre, que la vie et ses aléas, brise le vase, apparait alors, la lumière de notre véritable vie de foi en Jésus-Christ !

    Le juste vivra de toute Parole qui sort de la bouche de Jésus !

     

    « Nous sommes pressés de toute manière, mais non réduits à l’extrémité ; dans la détresse, mais non dans le désespoir ; persécutés, mais non abandonnés ; abattus, mais non perdus ; portant toujours avec nous dans notre corps la mort de Jésus, afin que la vie de Jésus soit aussi manifestée dans notre corps. »

     

    Nous sommes passés par maintes épreuves, mais nous n’avons jamais, jamais été abandonnés.  

    Soyons encouragés, à nous confier dans le Seigneur pour toujours, assurés que Sa force éternelle sera, comme elle l’a été, notre secours et notre soutien.

     

    Dites à ceux qui ont le cœur troublé :

    Prenez courage, ne craignez point ;

    Voici votre Dieu, la vengeance viendra, La rétribution de Dieu ;

    Il viendra lui-même, et vous sauvera. Esaïe 35 :4

     

    Je vous ai dit ces choses, afin que vous ayez la paix en moi.

    Vous aurez des tribulations dans le monde ;

    Mais prenez courage, j’ai vaincu le monde. Jean 16 :33

     

  • Le Sophar - Mais celui qui m’écoute reposera avec assurance, Il vivra tranquille et sans craindre aucun mal.

     

    Mais celui qui m’écoute reposera avec assurance,

    Il vivra tranquille et sans craindre aucun mal.

    Proverbes 1 :33

     

    L’amour divin apparaît en évidence, quand il brille au milieu des jugements.

    Belle est cette étoile solitaire qui sourit à travers les éclaircies des nuages orageux ; magnifique est l’oasis qui sort du milieu du désert de sable ; si beau et si lumineux est l’amour au milieu de la colère.

    Quand les Israélites provoquèrent le Très-Haut par leur incessante idolâtrie, il les punit en retenant et la rosée et la pluie, et ainsi leur pays fut visité par une douloureuse famine.

    Tandis qu’il agit ainsi, Dieu eut soin que ses propres élus soient en sécurité.

    Si tous les autres ruisseaux étaient à sec, il y en avait encore un, réservé pour Elie.

    Quand celui-ci a fait défaut, Dieu prévoit pour lui un lieu de subsistance.

    En plus, le Seigneur n’avait pas simplement un Elie, mais il avait un reste selon l’élection de la grâce, caché par groupes de cinquante dans la caverne.

    Bien que la terre entière soit frappée par la famine, ces hommes étaient nourris de la table d’un homme, économe craignant Dieu.

    Quoiqu’il advienne, le peuple de Dieu est sauvé.

    Que des éruptions fassent trembler la terre ferme, que les cieux, mêmes soient déchirés en deux, au milieu de cette épave du monde, le croyant sera en sécurité, comme à l’heure la plus calme du repos.

    S’il n’est pas dans les desseins de Dieu de délivrer son peuple sur la terre ; la finalité sera la gloire pour les fils de Dieu, dans l’éternité.

    Si le monde devient trop brûlant pour y garder les croyants, alors le ciel sera le lieu de leur réception et de leur sécurité.

     

    Soyez confiants, quand rugit l’enfer, quand les forces du mal se déchainent, quand la barque est secouée par les flots, quand vous entendez parler de guerre, de bruits de guerre.

    Que votre cœur ne se trouble point, et ne s’alarme point.

    Que l’agitation ne vous trouble pas, mais soyez tranquille sans craindre aucun mal.

    Quoiqu’il arrive sur la terre, vous, sous les larges ailes de l’Éternel, serez en sécurité. Demeurez ferme sur sa promesse ; reposez-vous sur sa fidélité, et défiez d’un pied ferme l’avenir le plus sombre, car il n’y a rien qui soit une occasion de désastre pour vous.

    Votre unique rôle devrait être de démontrer au monde que la félicité est pour ceux qui écoutent la voix du Seigneur !

  • Le Sophar - 2 Timothée 2:12

    Si nous souffrons, nous régnerons aussi avec Lui.

    Autre version (si nous supportons (les épreuves),

    2 Timothée 2:12 

     

    Nous ne devons pas imaginer que nous sommes en train de souffrir pour Christ, et avec Christ, si nous ne sommes pas en Christ.

     

     

     

    Bien-aimé ami, es-tu en train de te confier en Jésus seulement ?

     

    Si non, quelle que puisse être la douleur qui te tombe dessus sur cette terre, cela ne signifie pas que tu souffres avec Christ.

     

    Le terrestre n’a pas l’espérance de régner avec lui dans le ciel.

     

    Ni non plus, pour conclure, que toutes les souffrances chrétiennes ne sont pas systématiquement des souffrances avec Christ, car c’est essentiel que d’être appelé par Dieu pour souffrir.

     

    Si nous sommes téméraires et imprudents et que nous courons au devant de situations périlleuses que ni la providence ni la grâce ne nous y a conduit ni préparé, nous devons nous interroger pour savoir si nous ne sommes pas plutôt en train de pécher que de communier avec Jésus.

     

     

     

    Si nous laissons la passion prendre la place du jugement, et notre propre volonté régner plutôt que l’autorité scripturaire, nous combattons contre le Seigneur avec les armes du diable ; et si nous nous coupons les doigts nous ne devons pas en être surpris.

     

    Par conséquent, dans les malheurs qui s’abattent sur nous, nous ne devons pas rêver que nous sommes en train de souffrir avec Christ.

     

    Quand Marie parla mal contre Moïse, et que la lèpre s’attacha à elle, elle n’était pas en train de souffrir pour Dieu.

     

    De plus, souffrir avec Dieu implique que cela doit avoir en finalité la gloire de Dieu.

     

    Si je souffre en essayant de me faire un nom ou gagner les applaudissements, je n’obtiendrai d’autre récompense que celle décernée aux pharisiens.

     

    Il est indispensable que l’amour pour Jésus et l’amour pour son élu soit toujours le mobile premier de toute notre patience.

     

    Nous devons manifester l’Esprit de Christ en douceur, en humilité et dans le pardon.

     

     

     

    Puissions-nous rechercher et voir si nous sommes vraiment en train de souffrir avec Jésus.

     

    Et si c’est ainsi que nous souffrons, qu’est-ce que notre légère affliction comparée au règne avec Lui ?

     

    Oh, c’est une si grande grâce que d’être avec Christ dans la fournaise, et un tel honneur d’être éprouvé sur le pilon avec lui, que s’il n’y avait pas de récompense future, nous pourrions nous estimer heureux de l’honneur présent.

     

    Mais puisque la récompense est aussi éternelle, infiniment plus que nous aurions le droit d’espérer, ne prendrions-nous pas notre croix avec empressement, et ne continuerions-nous pas notre marche dans la joie ?