UA-63562856-1 UA-63562856-1

  • Le Sophar - La foi est pleine d’initiative.

    Comme ils ne pouvaient l’aborder, à cause de la foule,

    Ils découvrirent le toit de la maison où il était, et ils descendirent par cette ouverture le lit sur lequel le paralytique était couché.

    Marc 2 : 4

     

    La foi est pleine d’initiative.

    La maison était remplie, une foule bloquait la porte, mais la foi a trouvé un moyen d’aborder le Seigneur et a placé l’homme paralysé devant lui.

    Si nous ne pouvons persuader des pécheurs d’aller à Jésus par des méthodes classiques, nous devons utiliser des moyens qui sortent de l’ordinaire.

    Il paraît, d’après Luc 5 : 19, qu’un toit couvert de tuiles a du être ouvert, ce qui a dû provoquer un dégagement de poussière et causer, dans une certaine mesure, un certain danger pour ceux du dessous ; dans les cas très urgents nous ne devons pas hésiter à prendre quelques risques, quitte à sortir des sentiers battus.

    Jésus était là pour guérir, et particulièrement ceux qui se présentaient devant Lui ; la foi a osé emprunter toutes les voies du possible, particulièrement dans le but de faire pardonner les péchés de ce pauvre paralytique.

     

    Puissions-nous rencontrer une telle foi, plus audacieuse, parmi nous !

    Ne pouvons-nous pas, cher lecteur, rechercher cela aujourd’hui, pour nous-mêmes et pour nos compagnons d’œuvre, et pourquoi ne pas essayer de faire quelque chose de vaillant pour l’amour des âmes et la gloire du Seigneur ?

     

    Le monde invente constamment ; les esprits inventifs servent tous les buts et les désirs humains :

    La foi ne peut-elle pas inventer aussi, et atteindre par de nouveaux moyens les "exilés" autour de nous qui périssent par le mensonge ?

    C’est la présence de Jésus qui a stimulé le courage victorieux des quatre porteurs de l’homme paralysé : Le Seigneur n’est-il pas parmi nous maintenant ?

    Est-ce que nous avons vu son visage pour notre bien aujourd’hui ?

    Est-ce que nous avons ressenti son pouvoir curatif dans nos propres âmes ?

    S’il en est ainsi, alors à travers la porte, à travers la fenêtre, ou à travers le toit, brisons tous les obstacles, pour apporter nos pauvres âmes à Jésus.

    Tous les moyens sont bons et bienséants quand la foi et l’amour travaillent vraiment pour la cause des âmes victorieuses.

    Si la faim pour du pain peut briser des murs de pierre, sûrement la faim pour les âmes ne peut être entravée dans ses efforts.

    Ô Seigneur, rends-nous prompts à suggérer des méthodes pour atteindre les pauvres malades du péché, et audacieux pour les garder de toute aventure.

     

     

    Méditation

     

    Marc 11 verset 22 - 24

    Jésus prit la parole, et leur dit :

      

    Ayez foi en Dieu.

     

    Je vous le dis en vérité, si quelqu’un dit à cette montagne :

    Ote-toi de là et jette-toi dans la mer, et s’il ne doute point en son cœur,

    Mais croit que ce qu’il dit arrive, il le verra s’accomplir.

    C’est pourquoi je vous dis :

    Tout ce que vous demanderez en priant,

    Croyez que vous l’avez reçu, et vous le verrez s’accomplir.

     

  • Le Sophar - Si vous êtes conduits par l’Esprit, vous n’êtes point sous la loi.

    Si vous êtes conduits par l’Esprit, vous n’êtes point sous la loi.

    Galates 5 : 18

     

    Celui qui regarde son propre caractère et sa position d’un point de vue strictement légal, ne sera pas seulement désespéré en arrivant à la fin de sa vie, mais s’il est un homme sage il désespèrera dès le commencement ; car si nous devions être jugés sur les bases de la loi, aucun être vivant ne pourrait être justifié.

    Quelle bénédiction que de savoir que nous demeurons dans les domaines de la grâce et non de la loi! Quand je pense à mon état devant Dieu la question n’est pas :

     

    "Suis-je parfait en moi-même vis-à-vis de la loi ?" mais, "Suis-je parfait en Christ Jésus ?»

     

    Ce sont là deux choses très différentes.

     

    Nous n’avons pas besoin de nous enquérir :

    "Suis-je naturellement sans péché ?" mais :

    "Ai-je été lavé dans la fontaine ouverte pour le péché et pour l’impureté ?»

     

    Ce n’est pas

    "Suis-je en moi-même agréable à Dieu ?" mais c’est "Suis-je accepté dans le Bien-aimé ?»

     

    Le Chrétien voit ceci depuis le sommet du Sinaï, et grandit avec des craintes à propos de son salut ; il est bien mieux qu’il réfléchisse à la lumière du Calvaire.

    "Pourquoi," dit-il, "ma foi est-elle incrédule, elle n’est pas capable de me sauver."

    Supposons qu’il ait considéré l’objet de sa foi au lieu de sa foi, alors il aurait dit :

    "Il n’y a pas d’échec en Christ, et donc je suis en sécurité".

    Il soupire sur son espérance :

    "Ah ! Mon espérance est gâtée et elle est atténuée par un soin inquiet à propos des choses présentes ; comment puis-je être accepté ?"

    S’il avait regardé le fondement de son espoir, il aurait vu que la promesse de Dieu est certaine, et quels que puissent être nos doutes, le serment et la promesse sont toujours valables.

    Ah ! Croyant, il est plus sûr pour vous d’être conduit par l’Esprit dans la liberté de l’évangile que de porter des chaînes légales.

    Jugez-vous d’après ce qu’est le Christ plutôt que sur ce que vous êtes.

    Satan essaiera de gâter votre paix en vous rappelant votre caractère criminel et vos imperfections : vous pouvez seulement repousser ses accusations en adhérant fidèlement à l’évangile et en refusant de porter le joug de l’esclavage.

  • Le Sophar - le rôle et la tenue de la femme dans l'Eglise

     

     

    http://www.la-bible-sur-le-net.org/etudes/Etude_role_femme/lafemmedanslEglise.htm