UA-63562856-1 UA-63562856-1

La certitude du Salut est-elle possible ?

La certitude du Salut est-elle possible ?

 

« ...Je ne sais pas comment mon âme peut être sauvée !››.

Est-il possible d'avoir une pleine et ferme assurance de son salut ?

Et c'est ici la plus importante de toutes les questions !

Autrement dit, est-ce possible pour un homme, dès maintenant, sur la terre, d'expérimenter ce que la Bible appelle le salut ?

Sur ce point, les opinions sont partagées. Beaucoup répondent sans réserve : Non !

Selon eux, la question ne recevra sa réponse que de l'autre côté de la tombe ; de notre vivant on doit accepter de rester dans la crainte constante et dans l'incertitude à ce sujet.

D'autres, au contraire, répondent par un « oui» joyeux et triomphant.

Pour obtenir une réponse sans réplique, posons comme l'apôtre Paul la question : « Mais, que dit l'Écriture ? ›› (Galates 4:30).

Il n'est pas nécessaire de lire longuement le Nouveau Testament pour constater que Jésus, autant que les apôtres, parle du salut comme d'une réalité que l'on peut et doit expérimenter dès ici-bas.

Ainsi, à la femme qui pleurait aux pieds de Jésus, dans la maison du pharisien Simon, Jésus dit :

« Ta foi t'a sauvée. Va en paix ››_ (Luc 7:50).

Dès que le publicain Zachée eut manifesté les signes d'une vraie repentance, puis ouvert son cœur et sa maison au Seigneur Jésus, il entendit cette merveilleuse parole de délivrance :

« Aujourd'hui, le salut est entré dans cette maison» (Luc 19:9).

Ce jour-là, Zachée s'était réveillé comme tous les autres jours : publicain et pécheur.

Puis avant qu'arrivât le soir, quelque chose était survenu dans sa vie.

Il avait rencontré Jésus : il était sauvé !

 

Aux chrétiens de Rome, l'apôtre Paul écrit :

Vous n'avez point reçu un esprit de servitude, pour être encore dans la crainte ; mais vous avez reçu un esprit d'adoption, par lequel nous crions :

« Abba». C’est à dire « Père ! »

L'Esprit lui-même rend témoignage à notre esprit que nous sommes enfants de Dieu. (Romains 8:15, 16). 

Si jamais quelque chose nous a parle de la certitude du salut, c’est bien cela.

Dans son commentaire sur l'Épitre aux Romains, un grand réformateur dit :

« j'ai démontré longuement qu'un chrétien doit être pleinement convaincu qu'II est en état de grâce auprès de Dieu et qu'il possède dans son cœur le cri de l’Esprit : « Abba, Père ».

C`est en partant de ce point que j’ai entrevu pour nous la nécessité de rejeter totalement l`erreur la plus funeste qui soit et selon laquelle l’homme doit être dans l'incertitude sur la question de savoir s'il est ou non dans la grâce de Dieu ».

Cet enseignement funeste est en effet une erreur, puisqu'il a contre lui le témoignage unanime du Nouveau Testament.

Sans contestation possible, l'homme peut être sauvé des ici-bas.

La Bible aussi bien que l'expérience en rendent témoignage.

Les commentaires sont fermés.